Elevage et protection des cours d'eau (Neuvic - Corrèze)

Nom de la structure : EPLEFPA de Haute Corrèze - Neuvic
Téléphone : 05 55 95 80 02
Contact (courriel) : carine.rougier@educagri.fr
Contact2 (courriel) : mathieu.chaumeil@educagri.fr
Contact3 (courriel) : bruno.botuha@educagri.fr
Code postal : 19160
Ville : Neuvic
Département : Corrèze
Type d'initiative : animation territoire/classe d'eau, milieu naturel, qualité de l'eau
Contexte : La ferme du Manus est une ferme d’élevage et d’accueil, avec un élevage bovin limousin, qui pâture et entretient une quarantaine d’ha de prairies "naturelles". Le troupeau de 70 vaches limousines participe de façon principale au produit de la ferme, produit obtenu par des ventes de broutards, mais aussi par des ventes d’animaux en direct pour la cantine du lycée.
Son paysage montre une forte présence d’IAE : 20 000 mètres linéaires de haies et lisières, nombreux arbres isolés, deux mares, un important linéaire de cours d’eau bordés de ripisylve.
C'est une ferme classique de Haute Corrèze, avec une activité dominante « bovin viande », qui valorise des surfaces majoritairement composées de prairies temporaires ou naturelles. Les prairies « naturelles » sont très souvent des pacages humides traversés par des rus et ruisseaux, le territoire étant marqué par un fort chevelu hydrographique, souvent de tête de bassin.
Les éleveurs ont des pratiques similaires concernant ces pacages humides : « rigolage » annuel afin de gagner en portance, libre accès des troupeaux aux ruisseaux pour l'abreuvement et la traversée.
La communauté de communes des Gorges de la Haute Dordogne, en charge de la qualité de l'eau sur son territoire, a dans le cadre de son programme d'actions de préservation et entretien des cours d'eau du territoire préconisé de protéger les cours d’eau de l'accès des bovins en plaçant des clôtures. En effet le rigolage entraîne des arrivées conséquentes de limons dans les cours d’eau provoquant le rehaussement, l’accès des bovins aux ruisseaux conduisant à une dégradation forte des berges et de la ripisylve.
Le lycée dispense des formations orientées sur l’environnement (bac STAV, bac pro GMNF, BTSA GPN) et l'animation des territoires ruraux (BTSA DATR). Dans le cadre des enseignements, les élèves et étudiants sont conduits à analyser la qualité des cours d’eau et des milieux humides.
Objectif :
  • préserver la qualité de l'eau à l'échelle de la ferme,
  • mettre en œuvre des outils permettant la diffusion de ces pratiques à l'échelle du territoire.
Description de l'action :
  • préservation des berges de l'accès des bovins (mise en défens)
  • mise en place de systèmes d'abreuvement diversifiés (abreuvoirs gravitaires, descentes aménagées)
  • mise en place de passages par ponts, ou à gué.
Ces actions ont été réalisées par des bacs pros dans le cadre de chantiers école d'une semaine, et d'autre part par des BTS GPN.
La mise en œuvre de systèmes différents visent à offrir une « vitrine » au service de la communauté de communes et des éleveurs du territoire : ils viennent, observent, échangent, réfléchissent avec le technicien rivière, choisissent et réalisent, sur leur ferme, grâce aux financements de l’Agence de l’eau Adour-Garonne et du Conseil départemental, les aménagements adaptés.
Actions complémentaires :
  • suivi de dynamique de végétation des espaces préservés du pâturage (réalisé par les BTS GPN), mis en parallèle avec les temps de travaux induits pour l'entretien
  • arrêt de l'utilisation systématique de l'ivermectine au pâturage
  • essai de rigolage en tenant compte des connaissances de reproduction des batraciens.
Résultats : Les suivis de dynamique de végétation, qui ne sont pas encore analysés de façon précise, montrent toutefois une arrivée très rapide de plantes caractéristiques de la mégaphorbiaie. D'autre part, on constate très vite la pousse d'arbustes.
L'utilisation de la ferme, comme support de démonstration auprès des éleveurs, la diffusion fréquente des informations en conseil d'exploitation, dans la presse, a conduit plusieurs éleveurs à s'engager dans ce type de programme, financé à 80 % par l'Agence de l'eau Adour-Garonne, le Département et la Région. Fin 2014, 6 éleveurs du territoire étaient déjà engagés...
La ferme est actuellement engagée dans des actions de valorisation auprès d'élèves d'autres établissements agricoles.
Utilisation pédagogique : Lors de la mise en œuvre des aménagements, trois modules de la classe de bacs pros GMNF ont été concernés par le chantier école. Celui-ci a été le support de deux contrôles en cours de formation.
L'action a en particulier été l'occasion pour les élèves de concevoir une action d'animation auprès des membres du Conseil d'administration du lycée. C'était très émouvant de voir ces élèves présenter leur travail et en être fiers !
Par ailleurs, la ferme est fortement utilisée dans le cadre pédagogique et ces actions sont systématiquement valorisées auprès des apprenants.
Enfin, les suivis se poursuivent permettant de mettre en valeur la démarche de projet d'aménagement.
Autre valorisation : Les aménagements sont également valorisés auprès des éleveurs et d'autres établissements scolaires du territoire.
Un film a été réalisé par la DRAAF (cf. ci-dessous)
Obtention de fonds CASDAR TAE 2014-2017 (cf. article en ligne)
Enfin, dans le cadre du MIL « Valoriser l'agroécologie dans le cadre de la ferme pédagogique du Manus » cette action devrait également faire l'objet de séquences d'animation.
Calendrier : Les premières réflexion portant sur la mise en défens datent de 2009, les premières clôtures étant posées en 2009, puis 2011 et 2013.
Ces premières réflexions ont été le point de départ de la rédaction du projet Bio Div EA, validé en 2010.
Le partenariat avec la communauté de communes s'est initié dès le premier comité de pilotage en 2011 : et les suivis de végétation ont commencé dès cette année là.
Ensuite, le chantier école a demandé une étude précise, et le montage financier du dossier, mené par la communauté de communes qui a la délégation de maîtrise d'ouvrage
Le premier chantier école s'est déroulé en septembre 2013
Dès 2014 des éleveurs adhéraient aux projets
Perspective : Poursuite de ces actions d'une part, sur d'autres parcelles (autres chantiers écoles, cf. 2e vidéo), analyse des suivis d'autre part.
Valoriser ces actions, mais surtout l'ensemble de la démarche « agro-écologie » de la ferme, puisque ces actions sont le résultat d'une réflexion globale et non pas sectorielle.
Partenariats techniques/financiers : La communauté de communes est un partenariat technique (aide à la définition des actions en collaboration avec les équipes enseignantes) et financier (montage financier, participation financière)
L' Agence de l'eau Adour-Garonne, le Département, la Région sont des partenaires financiers essentiels. Fonds CASDAR TAE pour 2014-2017
La chambre d'agriculture est un partenaire technique concernant plutôt le planning de pâturage à réfléchir sur les prairies humides, pour valoriser au mieux l'herbe sur pied. Par ailleurs, elle est au courant des projets, et ses avis sont également des leviers de diffusion.
Le comptoir des plantes est un partenaire technique dans la recherche d'alternatives aux médicaments allopathiques : la ferme s'est engagée dans des expérimentations visant à renforcer les défenses immunitaires.
Télécharger le fichier : fichierinitiative1_diaporama_Neuvic.pdf
Lien vers vidéo de présentation (1) : http://dai.ly/x3cdpb5
Lien vers vidéo de présentation(2) : http://dai.ly/x4bgkrw
Vidéo de présentation (1) :
Neuvic-elevage_et-protection-cours-d-eau par eau-ea
Vidéo de présentation (2) :
neuvic_2016 par eau-ea