Bilan du dispositif des organismes uniques de gestion collective (OUGC) des prélèvements d'eau pour l'irrigation

Type de ressource : publication
Thématique : eau-agriculture, gestion - acteurs
Description : L’OUGC apparaît comme une réponse pertinente pour assurer avec efficience la gestion collective de l’eau sur un territoire hydrologique cohérent. Cela souligne la nécessité de disposer de volumes prélevables globaux (i.e. pour l’ensemble des usages), de leur répartition entre les différents usages, selon les saisons, dans le cadre d’un dialogue et d’une gouvernance de l’eau par sous-bassin. Il importe donc d’approfondir les modalités de détermination des volumes prélevables, d’instaurer un cadrage systématique par les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), et d’affirmer que les commissions locales de l’eau (CLE) doivent être en charge de leur détermination, même là où une démarche de SAGE n’est pas engagée. De par sa gouvernance, ses compétences et la dimension hydrographique de son périmètre d’intervention, la CLE offre de solides garanties pour aboutir à des volumes prélevables s’imposant à tous les usages et usagers. Sur les questions de gouvernance, de statut et de relation entre irrigant et OUGC, la mission recommande d’imposer un ensemble de règles minimales à ces organismes : * confirmer, par voie réglementaire, l’obligation pour un OUGC d’adopter formellement des règles de répartition de l’eau, prenant en compte certains critères comme l’accueil de nouveaux irrigants ou la nature des cultures pratiquées ; * formaliser le lien entre irrigant et OUGC, soit par l’adhésion de l’irrigant à l’OUGC (lorsque le statut de la structure hôte s’y prête), soit par un « contrat » récapitulant les règles de répartition de l’eau et de participation financière ; * permettre la représentation des irrigants dans au moins une structure de gouvernance de l’OUGC. Ainsi, l’irrigant pourra mieux participer aux décisions de l’OUGC, désormais positionné comme son mandataire : ceci permettra de resserrer le lien avec son territoire de gestion de l’eau. Cette implication renforcée sera aussi de nature à prévenir le risque d’exacerbation des points de désaccords - et donc des conflits - entre préleveurs et OUGC, en particulier lorsque l’OUGC sera amené à répartir des volumes plus faibles. La mission propose d’alléger les procédures d’établissement des plans annuels de répartition (PAR) en supprimant l’homologation par le préfet, ainsi que l’avis obligatoire des conseils départementaux de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST). Elle propose toutefois que le préfet conserve la possibilité de modifier le PAR en cas de non-respect de l’autorisation unique de prélèvement (AUP), et que soient qualifié en infraction contraventionnelle le non-respect du PAR par un préleveur ou le dépassement global du PAR. Enfin, la mission estime que d’importants progrès doivent être réalisés par un meilleur partage de données entre OUGC, services de l’État et agences de l’eau. Ainsi, à condition d’être consolidé par une meilleure assise juridique et une formalisation de ses liens avec l’irrigant, l’OUGC est un dispositif à promouvoir, y compris hors des zones de répartition des eaux (ZRE), pour préparer l’agriculture irriguée de demain aux défis du changement climatique.