Agriculture, agroforesterie et couverture des sols : Enjeux pour la transition énergétique et loi d'avenir pour l'agriculture

Type de ressource
  • publication
Thématique
  • eau-agriculture
Description Les sols cultivés sont pour la plupart en situation de grande précarité énergétique. Trop travaillés et laissés nus une longue partie de l’année, ils dépendent de nombreux intrants qui bien souvent fuient hors des parcelles, provoquant des pollutions et des pertes de fertilité par érosion et lessivage. Toutes les agricultures sont concernées par ces phénomènes.
L'exemple de la forêt nous enseigne au contraire que c’est le végétal qui instaure une fertilité in situ. Des sols toujours couverts et jamais travaillés produisent beaucoup, en optimisant la photosynthèse et en produisant de nombreux services (biodiversité, qualité de l’eau. . . ).
L’agriculture du carbone repose sur une réduction significative des intrants, un arrêt du travail du sol, la réintroduction des arbres, afin de produire autant de denrées alimentaires, mais aussi de nouveaux produits valorisables qui viendront demain compléter et redéployer des filières naissantes ou existantes, développer des emplois locaux dans le bois énergie, la méthanisation, les matériaux de construction... Parmi ces techniques, l'agroforesterie est un modèle qui répond bien aux aléas (climatiques, économiques. . . ) et qui permet donc de s'orienter vers l'autonomie et la pérennité de l'exploitation agricole.